Mes lectures #17 : La forêt des ombres de Franck Thilliez

| Lire les 4 commentaires | Ajouter un commentaire
C'est l'été il fait chaud, et bien moi j'ai décidé de plonger dans le froid de la Forêt Noire ! (et pas dans le gâteau ultra calorique...) Bref, un petit Franck Thilliez pour approcher la lecture de l'intégralité de ses livres ^^ C'est donc La Forêt des ombres que je vous présente aujourd'hui.


Le synopsis officiel :
Paris, hiver 2006. Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans : ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d’un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d’argent. 
Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l’on ne doit pas rappeler, et la psychose saisit un à un tous les occupants de la ténébreuse demeure cernée par la neige… 

Et si un jour, on vous donnait l'occasion d'être fortement rémunéré pour vivre pleinement votre passion pendant 1 mois ? Que feriez-vous ? Difficile de refuser n'est-ce pas ?
C'est ce qui va être proposé à notre personnage principal David Miller dont la vie quotidienne l'ennuie. Embaumeur le jour, écrivain la nuit... Comment résister alors qu'Arthur Doffre vous offre la possibilité de vivre un mois, tous frais payés, à écrire un livre passionnant sur le pire des assassins, le tueur en série Bourreau 125 ? David ne va pas mettre longtemps avant de mettre entre parenthèse sa petite vie et embarquer sa famille dans un grand chalet au milieu de la Forêt Noire, en plein hiver, afin d'écrire sous la coupe de Doffre.
Pourtant, dès l'arrivée sur place, les choses ne vont pas se passer comme l'imaginait David. Prises de tête, coïncidences étranges, parfum de danger habitent un peu trop l'endroit...

Que dire, le décor est planté, nous sommes dans un huit clos où les personnages se regardent en chien de faïence, jusqu'à ce que tout se dévoile.
Pourtant, pour la première fois dans ma lecture d'un Thilliez, j'ai été... soulée ! Vraiment, c'est le mot. Convaincue par l'histoire, mais soulée par des personnages secondaires bien trop présents et "chiants". La femme de David est systématiquement au bord de l'hystérie dans le livre et m'empêche avec ses "!!!!" d'être sereine lors de la lecture. J'avais l'impression d'être agressée par cette écriture trop exclamative alors que le lieu même de l'histoire me donnait plutôt envie d'avoir un suspense lourd et silencieux. A cause de ce personnage, j'ai donc été globalement déçue du livre. J'avais hâte de passer à autre chose et si je devais faire un parallèle avec un autre huit clos de l'auteur, j'ai largement préféré Vertige. Dommage pour cette fois, mais en même temps il faut bien que je n'aime pas un livre dans tous ceux que j'ai déjà lu de Thilliez ^^

4 commentaires :

  1. Mince ! C'est justement le seul Thilliez que j'ai dans ma bibliothèque...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ça que tu n'en as qu'un :P => Il faut les autres maintenant ^^

      Supprimer
  2. Depuis que j'en entends parler j'en ai ajouté dans ma pal, j'espère que ce seront de belles prises ;-)
    ouf, celui-ci n'y est pas^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parler de Thilliez ? Franchement j'adore ses romans :) Je les ai presque tous lu il m'en manque quelques uns et c'est pour le moment le seul à m'avoir déçu :)

      Supprimer

Un petit mot qui me fait plaisir !