Mes lectures #58 : La femme aux fleurs de papier de Donato Carrisi

| Ajouter un commentaire
Et voici le premier des livres lus en 2016 !! Reçu pour Noël, je me suis lancé dans La Femme aux fleurs de papier de Donato Carrisi comme première lecture de l'année :)

Le synopsis officiel :
La nuit du 14 au 15 avril 1912, tandis que le Titanic sombrait au beau milieu de son voyage inaugural, un passager descendit dans sa cabine de première classe, revêtit un smoking et remonta sur le pont. Au lieu de chercher à sauver sa peau, il alluma un cigare et attendit la mort.
Le 14 avril 1916, dans les tranchées du mont Fumo, quatre ans jour pour jour après le naufrage du Titanic, un soldat italien est fait prisonnier. À moins qu’il ne révèle son nom et son grade, il sera fusillé le lendemain à l’aube. Jacob Roumann, médecin autrichien, n’a qu’une nuit pour le faire parler. Mais le prisonnier veut diriger l’interrogatoire. Sa vie, décrète-t-il, tient non pas à une, mais à trois questions :
« Qui suis-je ?
Qui est Guzman ?
Et qui était l’homme qui fumait sur le Titanic ? »
De cet instant se noue entre les deux ennemis une alliance étrange autour d’un mystère qui a traversé le temps et su défier la mort.

Je crois que je ne vais pas faire de résumé à ma sauce car le synopsis juste au-dessus est déjà très complet ! Je ne voudrai pas en dire plus au risque de spoiler ^^ Du coup passons directement à mon avis.
Ce livre de Carrisi n'est absolument pas dans la veine de ses thrillers. Rien à voir ! Ici nous sommes dans une histoire mêlant passé et présent. L'histoire qui début par se que va raconter un prisonnier à son geôlier. L'histoire palpitante d'un personnage, Guzman. Le livre est assez court et on se prend à vouloir répondre aux trois questions du synopsis, comme le veut également Jacod Roumann. J'ai apprécié cette lecture assez facile. Mais comme à mon habitude dans les livres à 2 histoires parallèles, j'ai parfois hâte de savoir la suite d'une histoire plutôt que l'autre. Ici, plutôt celle du présent de 1916. D'ailleurs, il faut être patient avant de comprendre le pourquoi du titre de l'histoire. J'avoue, au final, je m'attendais à vraiment autre chose, mais Carrisi a su quand même porter habilement ce roman noir.

0 commentaires  :

Enregistrer un commentaire

Un petit mot qui me fait plaisir !